Absinthe seche.jpg
Les plantes médicinales des Antilles – Absinthe

Nom scientique : Artemisia absinthium ou Absinthium vulgaria

Nom vernaculaire

Guadeloupe : Absinthe

Haïti : Absinthe

Martinique : Absinthe

L’Absinthe est considérée depuis fort longtemps comme une plante officinale. Elle doit son nom à la déesse Artémis déesse de la lune et de la chasse chez les grecs, en signe de reconnaissance de bienfaits qu’elle procurait à l’homme. Depuis Hippocrate, l’Absinthe jouit d’une grande réputation curative, quoiqu’elle soit le symbole de l’amertume.

Communément on l’appelle Absinthe officinale, Grande Absinthe, Herbe sainte, Armoise amère, Acoine, Herbe aux vers. Les Anglais l’appellent WormWood, les espagnols Axenjo.

Il s’agi d’une plante herbacée vivace, très rustique ayant un répartition géographique très large. Sa souche est dure, ligneuse, émettant des racines grêles cylindriques, des rameaux aériens qui sont tantôt garnis de fleurs et de feuilles tantôt garnis de feuilles seulement. Les feuilles qui sont alternes se rapetissent au fur et à mesure qu’elles s’élèvent sur les rameaux. Elles sont pâles, vertes et blanchâtres au-dessus, blanches et duveteuses en dessous. Les fleurs petites forment des grappes. Elles s’épanouissent de juin à septembre. Les fleurons de centre sont hermaphrodites, ceux du pourtour sont femelles. Le fruit est un akène nu. (Akène : fruit sec indéhiscent muni d’un péricarpe très fin renfermant une seule graine).

L’Absinthe croît dans les lieux incultes et arides ; elle était cultivée dans l’est de la France, en Suisse. La plante se plait même dans des terrains Pierreux.

La multiplication s’effectue par semis ou par éclats de pieds. Les semis sont faits en avril ou mai. Au bout d’une année on place les jeunes plants en laissant 50 à 60 cm entre eux. La culture exige très peu de soins. La plante fournit deux récoltes annuelles.

Toutes les parties aériennes de la plante dégagent une odeur forte et aromatique qui éloigne les insectes. Quelques rameaux d’Absinthe placés au bon endroit suffisent à faire disparaitre les mites. Toute la plante est amère. Cette amertume est plus grande au niveau des feuilles qui contiennent une quantité plus importante des substances actives. Partie utilisée : fleurs et feuilles.

La Composition chimique de la plante est la suivante : résine, huile essentielle, acide malique et succinique, tanin, acide ascorbique flavonoïde.

Ceci nous montre, s’il en était besoin, la complexité chimique d’une plante, et de ce fait ses interactions thérapeutiques.

Propriétés médicinales

Les effets de la plante varient avec la dose utilisée (ce n’est pas une boutade !)

En médecine, il arrive parfois qu’une substance, existante à dose minime, devienne hypnotique à dose forte.

L’Absinthe à petite dose aiguise l’appétit, facilite la digestion, elle est un tonique circulatoire. A haute dose elle détermine des brûlures gastriques, accompagnées de soif intense, et d’excitation générale. On lui attribue des propriétés fébrifuges, une action sur certains parasitoses (ascaris et oxyures). Elle serait non seulement vermifuge mais encore un vermicide prompt et sûr. Elle est utilisée ailleurs comme emménagogues. Les Arabes l’utilisaient pour combattre la chute des cheveux.

Mode d'utilisation

Séchage rapide à l'ombre, ou par chaleur artificielle, au four de 35° à 40 °C au maximum.

Infusion : 8 à 10 g de feuilles ou sommités fleuries dans un litre d’eau bouillante. Laissez infuser pendant une heure.

Macération : on peut obtenir du vin ou de la liqueur. Pour le ratafia il faut laisser macérer 15 jours dans 1 litre d'eau de vie à 60° le mélange de 40 g de feuilles d'absinthe, 20 g de baie de genièvre, 5 g de cannelle et 1 g de tige fraîche d'angélique. Après avoir filtré on ajoute le mélange de 1/3 l d'eau 15 g d'eau de fleur d'oranger et 250 g de sucre.

Poudre : Pilez 2 ou 3g de feuilles séchées puis mélangez à de la confiture

Vin tonique : 15 à 20 g de feuilles séches dans un litre de vin blanc, puis filtrez.

Dose : un verre à liqueur avant le repas de midi.

Bière d’Absinthe : (contre les oxyures)

Mettez 10 g de feuilles d’Absinthe dans une grande tasse de bière. Laissez macérer 12 heures. Passez au tamis fin. Buvez le produit à jeun le matin

Dose : Cinq jours de suite

Usage externe

Compresses : Faire macérer 20g d’Absinthe dans 40 g d’alcool pendant 48 heures.

 

Toxicologie

Chez l’homme l’usage prolongé de l’Absinthe donne une série de symptômes appelés absinthisme, dont la traduction clinique est : crises convulsives, des hallucinations. Ces crises convulsives étaient appelées autrefois épilepsie absinthique, tant leur ressemblance était grande avec le attaques de ce que l’on appelait le haut mal.

A l’état chronique la symptomatologie est la suivante : trouble de la sensibilité, et du sommeil à type d’insomnie, cauchemars, crampes, tremblements, hallucinations, diminutions des facultés physiques, intellectuelles, abrutissement. Ces signes sont à rapprocher de ceux des polynévrites alcooliques. Cette toxicité qui s’exerçait surtout par l’intermédiaire de la liqueur appelée Absinthe a entrainé certains pays, dont la France, à interdire la vente de la liqueur.

Ne pas administrer aux femmes enceintes ou qui allaitent, ni aux enfants.